Mes impressions sur la Surface Pro 3

Le 25/08/2014

Il y a un mois maintenant, profitant de mon passage aux États-Unis, je me suis procuré la toute dernière Surface Pro 3 de Microsoft (version Intel Core i5 avec 256Go d'espace de stockage et 8Go de RAM) dans le but de remplacer mon ordinateur qui se fait désormais vieux ainsi que ma Surface RT qui elle aussi se fait vieille. En un mois j'ai donc eu le temps de faire le tour de ma Surface Pro 3, faire face à des bonnes surprises mais aussi quelques mauvaises surprises, rien n'est parfait après tout. C'est donc en me basant sur l'expérience que j'ai eu avec ma Surface Pro 3 que je vous propose de prendre quelques minutes de votre temps pour lire ce test et ainsi découvrir les atouts et les inconvénients de la Surface Pro 3 en approche de sa sortie jeudi 28 aout.

 

Le design

Surface Pro 3

Le design d'un produit est facilement descriptible et pas besoin d'une très longue utilisation pour en faire la description mais c'est un point important à ne pas oublier et sur ce, la Surface Pro 3 s'en sort très bien. Bien plus encore que les deux versions de la Surface Pro, la Surface Pro 3 est d'un point de vue extérieur, d'un point de vue design, une parfaite combinaison entre ultrabook et tablette. Fini les compromis résultant sur une longue hésitation entre la légèreté, la finesse et l'autonomie de la Surface RT et la puissance de la Surface Pro, maintenant avec la Surface Pro 3 on retrouve une machine encore plus puissante que ses prédécesseurs mais dans un profil plus fin que la Surface première du nom et très légèrement plus épais que la Surface 2 (différence à peine visible à l'œil nu). Pour être plus précis, la Surface Pro 3 dispose d'une épaisseur de 9,1 mm et la Surface 2 en fait elle 8,9mm.

La Surface Pro 3 semble effectivement être un appareil plutôt résistant, mais je ne pourrai vous le confirmer car je ne l'ai pas fait tombée jusqu'à ce jour et j'en suis bien heureux. Je ne fais pas vraiment parti de ceux qui le font volontairement pour tester la résistance des différentes tablettes et smartphones du marché, pour ma part j'en fais une utilisation quotidienne et j'en prend donc soin. Toutefois, j'ai quand même noté que la coque de la Surface Pro 3 est susceptible d'être rayée assez aisément. J'ai vu apparaître dans mon cas des rayures sur l'arrière de ma Surface Pro 3 dès les premiers jours, elles seront d'ailleurs plus visibles que sur une Surface Pro 1 et 2 à cause de la couleur plus clair que revêt cette troisième version et c'est bien le seul inconvénient qu'on puisse trouver à ce nouveau coloris, car pour ma part je le préfère amplement à l'ancien. Mais de manière général, ces rayures se font plutôt discrètes.

Le nouveau port d'alimentation s'avère effectivement bien plus pratique que celui qui équipe toutes les autres Surface. Grâce à une magnétisation plus forte de l'extrémité du câble ainsi qu'une forme différente, il est bien plus facile à mettre en place. En fait, il suffit juste de l'approcher suffisamment près du port d'alimentation et ce dernier rentrera tout seul sans problème et sans effort. Dans l'autre sens, et c'est bien le principe de ce système magnétique, le câble est fait pour se détacher quand on se prend dedans, toutefois ce n'est pas tout le temps le cas. En effet, c'est à sens unique si on peut dire ça comme ça, si vous vous prenez dans le fil de votre Surface Pro 3 et que vous êtes situé entre la prise murale et votre Surface, le fil se détachera sans résistance, mais dans l'autre sens votre Surface Pro 3 risque très certainement d'être emportée dans votre maladresse. Donc niveau pratique, ce nouveau câble et ce nouveau port sont bien mieux que leur ancienne version mais niveau sécurité un peu moins.

Pour le reste, l'aération se fait plutôt discrète tant d'un point de vue visuelle que sonore. Elle s'inscrit parfaitement dans le design de la Surface Pro 3 tout en restant silencieuse la plupart du temps. Toutefois, il arrive que quelque fois cette dernière se mette à faire un peu plus de bruit, mais rien de plus normal puisque son rôle est d'empêcher la surchauffe des composants internes tels que le processeur ou la mémoire vive qui sont particulièrement sollicités par certains programmes en particulier les jeux vidéo. Les haut-parleurs sont effectivement plus efficaces que sur les anciennes versions, arborant une meilleure qualité audio et surtout pouvant procurer un volume plus élevé. Et ce surtout grâce à leur nouvelle position, car au lieu d'être placé sur les cotés, ils sont désormais placés sur la façade avant, émettant ainsi en votre direction et non vers les cotés. Et outre les haut-parleurs, le bouton d'alimentation a également changer de place en se situant désormais en haut à gauche au lieu de son ancienne place en haut à droite.

 

L'écran

Surface Pro 3

Le changement de format de la Surface Pro pour un écran 12 pouces au lieu des 10,6 pouces des anciennes versions est un choix qui s'avère très judicieux sous de nombreux rapports. Première ment, 10 pouces, il faut le dire, c'est quand même un peu petit pour une utilisation en tant qu'ordinateur portable, mais 12 pouces c'est bien mieux. Bon, certains diront que la taille idéal d'un PC portable c'est 15 pouces, sauf que dans notre cas, si on souhaite garder ce qui fait le charme de la Surface Pro 3, c'est à dire la jonction entre tablette et PC, au dessus de 12 pouces cela commencerait à devenir légèrement difficile à prendre en main. Dans mon cas, 12 pouces me suffisent amplement car je n'utilise pas ma Surface Pro 3 pour jouer, je réserve cette fonctionnalité à ma Xbox One car je préfère garder ces deux utilisations bien distinctes séparées. Et dans le reste des activités possibles avec un tel appareil, l'écran de 12 pouces de la Surface Pro 3 est une petite merveille. Avec une résolution de 2160 x 1440 pixels soit de la QHD ou de la 2K et un ratio 3:2 au lieu de 16:9 comme sur tous les autres tablette et PC sous Windows, on profite d'une qualité optimale. Pour vous donner une idée encore plus concrète, converti en mégapixels, la résolution de la Surface Pro 3 est de 3,1 MPX, ce qui n'est pas négligeable tout de même. Cette haute résolution lui permet ce que peu d'autres tablette ou PC Windows est en mesure de faire, exécuter 3 applications en même temps grâce au mode snap et pas seulement 2. Personnellement, la plupart du temps je n'utilise que 2 applications lorsque je fait appelle au mode snap, mais ça s'avère souvent être bien pratique d'en ancrer une troisième.

Mais outre sa forte résolution, la Surface Pro 3 a aussi un très bon angle de vue, frôlant les physiquement inatteignables 180°, ainsi qu'une forte luminosité garantissant une utilisation optimale dans n'importe quelle condition même sous un grand soleil. D'ailleurs, je crois que l'écran de la Surface Pro 3 intègre une technologie similaire à celle équipant les écrans des Lumia, car j'ai remarqué à plusieurs reprises que la luminosité de ma Surface Pro 3 était au dessus du maximum réglable arborant dans ce cas des blancs éclatant et une difficile différenciation entre les couleurs claires comme le gris clair et le blanc par exemple. C'est ce même procédé qui est activé sur les écrans des Lumia lorsqu'ils sont exposés à une très forte luminosité, ce qui permet ainsi de les utiliser même sous un soleil de plomb.

Néanmoins, et ce à plusieurs reprises, j'ai rencontré un problème avec l'écran qui doit résulter d'un dysfonctionnement temporaire des points de pression tactile. Il m'arrive en effet que quelques fois l'écran ne réponde plus très bien au toucher et que l'expérience tactile est alors bien altérée. Mais la solution est très simple la plupart du temps, il suffit d'utiliser le stylet puis tout revient à la normal mais parfois cela nécessite un redémarrage de l'appareil. Je ne sais pas si c'est un problème récurrent ou qui est propre à certain appareil, mais moi j'en suis victime en tout cas. Mais il doit surement s'agir d'un problème logiciel et non matériel et qui pourra donc être réglé par le biais d'une mise à jour, surtout que je rencontre ce problème que depuis peu.

 

La béquille

Surface Pro 3

La béquille de la Surface Pro 3 est un des gros changements apporté à la Surface Pro 3 par rapport aux précédentes versions. N'étant plus limité à des angles bien précis qui se comptaient aux nombres de 2 sur la Pro 2 et de 1 sur la Pro 1, cette nouvelle béquille multiposition permet d'utiliser la Surface Pro 3 comme un ordinateur portable encore plus simplement et plus encore. Le concept de la Surface a souvent été la source de nombreuses critiques de part et d'autres, plus ou moins biaisés pour la plupart, et ce à cause de sa béquille qui n'est soit disant pas aussi bien adapté qu'un PC portable classique. Eh bien c'est faux, complètement faux, car non seulement d'être parfaitement adapté pour une telle utilisation, elle est encore meilleure dans son rôle qu'un notebook ou un ultrabook classique dans de nombreuses situations. Par exemple, au moment où j'écris cet article j'utilise ma Surface Pro 3 ainsi que ma Type Cover 3 sur mes genoux avec la béquille ouverte à plus de 120° et c'est très confortable et parfaitement stable je peux vous l'assurer. Une telle configuration est elle possible sur un PC portable classique, eh bien non, car on aurait dépassé l'angle d'inclinaison maximale de l'écran depuis bien longtemps. Et ce, Microsoft a tenté tant bien que mal de l'expliquer en créant même un mot pour ça, "lapability" issu de la fusion de "lap" et de "ability", soit concrètement sa possibilité à s'adapter à n'importe quelle de vos positions.

Le système utilisé pour la béquille est donc ici bien diffèrent de l'ancien, mais il est tout aussi robuste, ainsi il faut véritable effectuer une pression importante sur la façade avant de la Surface Pro 3 pour faire bouger la béquille. De plus, j'ose croire que ce nouveau système est également plus résistant que l'ancien, puisque pour ma part la béquille de ma Surface RT a fini par se déboiter légèrement, ce qui est loin d'être le cas ici.

Enfin, la petite encoche sur le coté de la Surface Pro 3 qui permet de faciliter le déploiement de la béquille est désormais présent non pas sur un seul coté de la tablette mais sur les deux, un petit détail qui s'avère au final bien pratique.

 

Les performances

Lorsqu'on investit autant dans un tel appareil les performances sont un point très important. Avec la Surface Pro 3, une multitude de choix est à notre disposition, du processeur Intel Core i3 pour exécuter des programmes simples et pas trop gourmands au Intel Core i7 fait pour faire tourner un peu de tout sans soucis et sans ralentissement, tout en passant par l'Intel Core i5 qui est le meilleur choix à faire pour la plupart entre puissance et prix, car pour l'i7 l'addition monte haut. Petit rappel, l'Intel Core i3 de la Surface Pro 3 dispose d'une fréquence d'horloge de 1.5GHz, l'Intel Core i5 dispose lui d'une fréquence de base de 1.9GHz mais pouvant grimper jusqu'à 2.9GHz et quant au processeur Intel Core i7, il possède une fréquence de base de 1.7GHz et pouvant aller jusqu'à 3.3GHz en mode turbo. Dans mon cas, j'ai pris un Intel Core i5, ce qui me suffit amplement, je n'ai pas vraiment besoin des performances de 20 à 30% supérieures fournies par l'Intel Core i7. Par contre j'ai pris la version 256Go et non la 128Go, tout d'abord parce que j'avais besoin d'un peu plus que les 100Go disponibles sur la version 128Go mais aussi pour les 8Go de RAM de la version 256Go que je ne regrette pas du tout d'avoir, surtout quand je vois que j'utilise en moyenne 4Go de ces 8Go.

Après un mois d'utilisation, je n'ai pas encore noté un quelconque ralentissement de ma Surface Pro 3 et je n'ai pas encore atteint sa limite jusqu'ici. En même temps pour ce faire il me faudrait un jeu 3D adéquat, ce que je n'ai pas, je préfère séparer mon appareil de travail et mon appareil de jeux, voilà pourquoi j'ai une Xbox One pour pallier à ça. Toutefois, j'ai noté et ce une seule et unique fois la surchauffe de ma Surface Pro 3, qui est devenu pratiquement brulante et s'est éteinte automatiquement en affichant par la suite un avertissement adéquat, le même problème récemment exposé sur WPCentral en fait. Et la raison à cette surchauffe était simple, ayant eu lieu juste après que je l'ai déballé, ma Surface Pro 3 a surchauffé à cause du trop grand nombre d'applications en cours d'installation au même moment. Depuis je n'ai jamais rencontré ce problème de nouveau et la température de ma Surface Pro 3 reste globalement normale.

 

La Type Cover 3

Surface Pro 3

S'il y a bien un accessoire qui va de pair avec la Surface Pro 3, c'est bien la Type Cover 3, nouvelle version de la Type Cover qui a spécialement été conçue pour cette dernière. Elle est donc plus grande que les autres versions de la Type Cover pour qu'elle puisse s'adapter au format de la Surface Pro 3 mais elle reste en général similaire aux anciennes versions. Toutefois, il y a quelques nouveautés qui change un peu tout au final.

Tout d'abord, le trackpad s'avère effectivement être bien meilleur. Au lieu d'être confondu au reste de la Type Cover, le nouveau trackpad est ici un élément à part entière, plus large et plus sensible, il procure une expérience digne de ce que l'on attend d'un trackpad. De plus, il prend bien en compte des mouvements propre à Windows 8, comme par exemple la possibilité d'afficher la charm bar d'un glissement depuis l'extrémité droite de ce dernier ou alors d'afficher le menu multitâche d'un glissement depuis l'autre extrémité du trackpad. Et il est bien évidemment possible de zoomer ou dézoomer en utilisant le classique geste du pinch to zoom ou encore de naviguer à travers une page web de haut en bas, votre bibliothèque d'image ou encore l'écran d'accueil de Windows 8 à l'aide de 2 doigts.

Quant au clavier lui même, il est très agréable et très confortable, la preuve étant que j'ai écris l'intégralité de cet article avec ma Type Cover 3 que j'ai pris en rouge au passage. Et même dans mon cas, où il s'agit de la version Qwerty étant donné que je l'ai prise aux États-Unis, j'arrive quand même à utiliser aisément ce clavier et ce malgré mes nombreuses années passées avec uniquement des claviers Azerty. À noter que la touche MAJ dispose désormais d'un petit voyant lumineux permettant de savoir si elle est activée ou non, toutefois ce dernier est plutôt discret et est à peine visible à la lumière du jour mais c'est déjà ça. Et il y a également une dernière surprise, à propos des 2 touches sensées régler la luminosité sur le clavier. On parle bien de luminosité ici, mais ne soyez pas surpris que vous ne notez aucun changement sur l'écran puisque ces deux touches servent en fait à régler la luminosité du clavier, c'est à dire le rétroéclairage. Il est donc possible de régler l'intensité du rétroéclairage de la Type Cover 3 ou même de l'éteindre grâce à ces touches, sachant que son intensité se divise en 3, une intensité faible, moyenne et forte. Par contre, et ce au contraire de ce que laisse présager les spécifications données de la Type Cover 3, le rétroéclairage ne s'active en approchant ses mains du clavier grâce à un capteur de proximité, mais uniquement lorsqu'on commence réellement à l'utiliser.

Et dernier détail mais qui change vraiment la donne dans l'utilisation qu'on fait de la Surface Pro 3 en tant qu'ultrabook, la barre magnétique de la Type Cover 3. Cette barre magnétique ajoutée sur la Type Cover 3 pouvant ainsi la fixer sur la tablette est une véritable idée de génie, elle permet vraiment d'utiliser la Type Cover 3 dans n'importe quelle position là où cela serait plus délicat avec la Type Cover 2. Personnellement, je l'utilise tout le temps, ma Type Cover 3 est fixée presque en permanence sur ma Surface Pro 3, c'est vraiment le détail qui change tout, la nouveauté la plus importante dans cette nouvelle Type Cover.

 

Le stylet

Surface Pro 3

Dernier accessoire sur lequel je m'attarderai et qui vient de toute manière avec le Surface Pro 3 gratuitement, le stylet. Ce dernier à lui aussi fait l'objet d'une jolie mise à jour par rapport au stylet de la Surface Pro 2 et 1. Revêtant une couleur similaire à celle de la Surface Pro 3, il est aussi plus gros et fait moins plastique au toucher autant qu'à la vue. Il dispose désormais de 2 boutons sur le coté, un pour effacer et un autre pour le clic droit, soit un accès rapide au presse papier. Il dispose également d'un bouton violet sur son extrémité haute qui s'avère très pratique au final. Il permet en effet d'accéder à OneNote, et ce même lorsque la Surface Pro 3 est verrouillé d'un simple clic sur ce dernier, et mieux encore il permet de prendre une capture d'écran personnalisable d'un double clic sur ce dernier. Le stylet en lui même est plutôt précis, ne fait preuve que d'un léger décalage et prend en compte la différence de pression exercé sur ce dernier, ce qui a pour conséquence d'influer sur la grosseur du trait.

Néanmoins, ce nouveau stylet dispose d'un inconvénient par rapport à l'ancienne version puisqu'il fonctionne grâce à des piles, 2 en fait. La première pile AAAA bien visible sert à alimenter la presque totalité du stylet excepté le bouton du haut. En effet, et c'est vraiment une assez mauvaise surprise, si le reste du style fonctionne à l'aide d'une pile présent en quantité dans les magasins, le bouton du haut est lui alimenté par une minuscule pile plate comme celle présente dans les montre mais en plus petit. Et ce genre de pile est quand même un peu plus difficile à trouver malheureusement, alors le jour où viendra de la changer, cela ne sera pas aisé. Mais outre ce petit problème de pile, le stylet de la Surface Pro 3 est très abouti.

 

Conclusion

En conclusion, je n'échangerai ma Surface Pro 3 pour rien au monde avec aucun autre appareil sur le marché, car selon moi rien ne l'égale, elle dispose d'avantages que d'autres PC n'ont pas et si le public est souvent peu accueillant à son égard, cela est dû à un refus du changement (qui est une très mauvaise chose en informatique) et à des préjugés biaisés. Donc ce jeudi ou plus tard, si vous comptez vous la procurer, n'hésitez plus, et je vous recommande tout particulièrement la version Intel Core i5 de 256Go ou encore 128Go si vous ne souhaitez investir plus de 1300 euros dedans. Les gains de performances prodigués par la version Intel Core i7 ne vous seront surement pas nécessaire. La version Intel Core i3 est elle à éviter, car d'abord vos performances sont grandement réduite mais c'est surtout les 64Go d'espace de stockage qui sont vraiment trop peu car quoique vous fassiez vous ne pouvez pas installer d'applications du Windows Store sur une carte MicroSD ou un quelconque appareil de stockage externe, et vous vous retrouvez vite coincé.

Étiquettes : , , , , ,
Catégories : À la une,Microsoft Surface,Tablette


Smartphone & CO est inactif

 

Ce blog est désormais inactif. Toutefois, vous pouvez continuer à suivre mon travail en tant que développeur sur mon compte Twitter.

 

Fermer